Doubler le nombre des jeunes en apprentissage ? Chiche !

Le Président de la République semble avoir enfin découvert les vertus des formations qualifiantes pour assurer l’emploi des jeunes. Les 2,4 millions de TPE en France sont d’ores et déjà convaincues de la nécessité de transmettre les savoirs artisanaux et commerciaux, ne serait-ce que pour la reprise de leurs fonds.

Une nouvelle fois cependant, la simplicité de l’exposé se heurte à un certain nombre de réalités.La première d’entre elles est la grave dévalorisation des métiers, et notamment ceux de l’artisanat. Le gouvernement est largement responsable de cette dévalorisation en laissant croire, avec le régime d’autoentrepreneur, que tout un chacun peut s’ériger en professionnel de métier du jour au lendemain, sans formation ni contrôle. Aucun progrès ne saurait avoir lieu tant que l’apprentissage sera considéré comme un pis-aller ou une voie de garage. En second lieu, un doublement des jeunes en apprentissage suppose un doublement des structures mises à leur disposition. Les 1000 CFA (Centre de Formation d’Apprentissage) sont d’ores et déjà débordés. Enfin, avec un retour à hauteur de 17% des 29,8 milliards d’euros collectés en 2008, l’apprentissage reste le parent pauvre de la formation professionnelle.
En raison de la gestion catastrophique des taxes prélevées par les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les parents et les maîtres d’apprentissage sont désormais appelés à contribuer au financement des écoles.

Doubler le nombre de jeunes en formation en entreprise ? Chiche.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin