La BPI inadaptée aux besoins de financement des TPE

Le SDI rappelle que les besoins de financement des TPE sont pour l’essentiel des besoins de crédits de trésorerie d’un montant inférieur à 15.000€, non satisfaits par les établissements bancaires dans près de 40% des cas.

Les fonds de renforcement de la trésorerie mis à disposition de la BPI ne sont en aucun cas directement accessibles aux TPE, mais uniquement destinés à garantir, sur demande de l’établissement bancaire, les prêts éventuellement accordés.

Or, les établissements bancaires ont financièrement intérêts à privilégier les découverts en comptes courants aux taux de 10% sur découverts autorisés, de plus de 13% sur découverts non autorisés, voire de 22% en intégrant les commissions d’intervention liées à une situation de découvert non autorisé.

Ces chiffres sont de 3 à 7 fois supérieurs au taux moyen d’un crédit classique.

Le CICE, seul dispositif directement accessible auprès de la BPI par les TPE, ne revêt qu’un intérêt mineur au constat d’un crédit possible de 583€ par salarié à temps plein au SMIC.

La BPI est en conséquence loin de répondre aux besoins de financement des TPE et aux espoirs de "Banque des TPE" en capacité de pallier les défaillances désormais largement reconnues du système bancaire.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin