La loi Macron régressive pour le commerce de proximité

L’annonce d’une compensation salariale obligatoire pour l’ensemble des commerces qui pratiquent l’ouverture dominicale, sans distinction de taille, y compris dans les 600 zones touristiques non concernées à ce jour, constitue une grave régression pour l’avenir des commerces de proximité.

Par cette mesure, après le renoncement à inscrire dans la loi une exemption à la compensation salariale systématique en cas d’ouverture dominicale étendue à 12 dimanche par an pour les moins de 20 salariés, le gouvernement troque clairement l’avenir du commerce de proximité contre le ralliement à son projet de certains députés de la majorité.

Ce calcul de court terme présente tous les ingrédients d’une catastrophe annoncée pour l’emploi dans des commerces de proximité à bout de souffle, déjà contraints par l’absence de flexibilité sur le temps de travail avec le principe d’une durée minimum de 24H/semaine pour les temps partiels.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin