Les TPE et les 42 propositions de l’UMP

C’est à juste titre que l’UMP estime que la bataille pour l’’emploi peut se gagner par un soutien aux petites et moyennes entreprises. Les grandes entreprises ne sont de fait plus créatrices net d’emploi depuis plus de 10 ans.

En rupture avec la politique suivie depuis 2007, l’UMP évoque pour la première fois un certain nombre de mesures en faveur des « TPE » (entreprises de moins de 20 salariés).
Figurent parmi celles-ci des constats portés par le SDI en terme d’accès aux petits crédits de trésorerie et la suppression du phénomène de ressaut lié au décalage de deux années entre les revenus des professionnels indépendants et le paiement des cotisations sociales afférentes.

Pour autant, le SDI met en garde contre la tendance constatée depuis 2007 qui consiste à appliquer aux TPE des mesures à destination des PME.

La spécificité des TPE conduit en effet au constat selon lequel des mesures d’ordre général pénalisent ces dernières (loi TEPA) ou ne les concernent pas (délais de paiement, renforcement des interventions OSEO).

La course au « modèle » allemand et à ses ETI ne doit pas faire oublier les données économiques à disposition des pouvoirs publics. C’est ainsi que, dans la catégorie générale des « PME », les TPE représentent1 71% de l’emploi salarié et non salarié, 77% des investissements et plus de 50% des exportations (1).

1 Source : DGI-INSEE-DGCIS 2007.

 

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin