Mesures pour le commerce de proximité : des constats intéressants mais peu d’avancées concrètes

Le SDI salue le travail réalisé par Sylvia Pinel dans le cadre du plan d’action pour le commerce et les commerçants.

Les thèmes abordés et les constats posés correspondent aux principales préoccupations des petites entreprises commerciales.

Au total, malgré la justesse des constats, Sylvia Pinel ne propose que peu d’avancées concrètes dans un contexte de paupérisation des commerces de proximité qui réclamerait des mesures urgentes.

En effet, certaines propositions ne revêtent aucun caractère nouveau lorsque d’autres laissent subsister un doute quant à leur efficacité :

  • Fonds de garantie de la BPI de 500 millions d’euros : ce fonds est en place depuis le début de l’année et n’ai pas accessible directement aux TPE. Ces dernières sont toujours contraintes de s’adresser à leurs banques, dans un contexte où la ministre reconnaît la restriction d’accès aux crédits
  • CICE : il bénéficie certes aussi aux TPE mais son coût de financement est particulièrement dissuasif en deçà d’un certain montant, et donc d’un certain nombre de salariés, ce qui le rend concrètement sans intérêt pour une grande majorité de TPE (ex : TEG de 18,27% pour un crédit de 2250€)
  • La formation : confier aux CCI le soin de former les professionnels commerçants s’articule mal avec la diminution des budgets aux chambres consulaires prônée par le rapport Queyranne, sauf à vouloir renforcer le rôle de prescripteurs de services payants que sont devenues les CCI

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin