Une vraie action auprès des
pouvoirs publics
Une action auprès
des médias
Une expertise
juridique reconnue
Un lien direct avec
nos adhérents
Une vraie action auprès des pouvoirs publics
Une action auprès des médias
Une expertise juridique reconnue
Un lien direct avec nos adhérents

Actualités

Réseaux sociaux

Facebook
Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

‼️ 𝐀𝐍𝐍𝐎𝐍𝐂𝐄𝐒 𝐃𝐔 𝐌𝐈𝐍𝐈𝐒𝐓𝐑𝐄 𝐃𝐄𝐒 𝐓𝐏𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐃𝐄 𝐍𝐎𝐔𝐕𝐄𝐋𝐋𝐄𝐒 𝐀𝐈𝐃𝐄𝐒 𝐏𝐎𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐈𝐍𝐃𝐄𝐏𝐄𝐍𝐃𝐀𝐍𝐓𝐒 : 𝐋𝐄 𝐂𝐇𝐄𝐌𝐈𝐍 𝐓𝐑𝐀𝐂𝐄 𝐄𝐒𝐓 𝐋𝐄 𝐁𝐎𝐍 𝐌𝐀𝐈𝐒 𝐃𝐄𝐒 𝐄𝐅𝐅𝐎𝐑𝐓𝐒 𝐂𝐎𝐍𝐒𝐄𝐐𝐔𝐄𝐍𝐓𝐒 𝐑𝐄𝐒𝐓𝐄𝐍𝐓 𝐀 𝐎𝐁𝐓𝐄𝐍𝐈𝐑 !

👉 C’est au détour d’une dépêche AFP que Jean-Baptiste Lemoyne annonçait hier de 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗶𝗱𝗲𝘀 𝗮̀ 𝗱𝗲𝘀𝘁𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 au titre de la 5ème vague Covid. Nous reviendrons ultérieurement sur les éléments concrets de ce nouveau dispositif… un de plus qui manifeste la politique des petits pas de ce gouvernement dans la prise en compte de l’impact sur le terrain des mesures de restriction sanitaire.

Le chemin tracé par 𝗹𝗮 𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗰𝗼𝗻𝘀𝘁𝗮𝗻𝘁𝗲 𝗱𝘂 𝗦𝗗𝗜, est donc le bon. Pour autant, nous sommes évidemment loin d’être satisfaits au constat du 𝗰𝗵𝗮𝗺𝗽 𝗱’𝗮𝗽𝗽𝗹𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝘂𝗹𝗶𝗲̀𝗿𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗳 de ce nouveau dispositif, circonscrit aux 𝗺𝗶𝗰𝗿𝗼𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗦𝟭/𝗦𝟭𝗯𝗶𝘀.

Les remontées terrain dont nous disposons, au travers de nos enquêtes, de vos interpellations et de vos témoignages sur notre page Facebook démontrent à quel point le compte n’y est toujours pas.

💬 Ainsi, parmi les témoignages reçus, force est de constater que 𝗹’𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗧𝗣𝗘 𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝗻𝗲́ 𝗽𝗮𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲, 𝗮̀ 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗱𝗲𝗴𝗿𝗲́𝘀 𝗲𝘁 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀 𝘁𝗶𝘁𝗿𝗲𝘀. Citons les 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗿𝗰𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝘅𝗶𝗺𝗶𝘁𝗲́ bien sûr (magasins d’équipements de la personne, coiffure, esthétique, fleuristes,…) avec des 𝗰𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝘀-𝘃𝗶𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗽𝗲𝘂𝗽𝗹𝗲́𝘀 en raison du télétravail obligatoire, mais aussi les 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝘀𝗼𝗿𝗴𝗮𝗻𝗶𝘀𝗲́𝗲𝘀 par l’absentéisme (cas Covid directs ou indirects concernant notamment les enfants scolarisés), jusqu’au témoignage d’un responsable d’auto-école qui nous explique les difficultés de planifier des cours avec la multiplication des élèves qui peuvent être cas Covid du jour au lendemain !

✊ ✊ Pour tous ces professionnels, pour vous tous, nous continuons notre action de pression auprès du gouvernement par notre mobilisation !
... See MoreSee Less

‼️ 𝐀𝐍𝐍𝐎𝐍𝐂𝐄𝐒 𝐃𝐔 𝐌𝐈𝐍𝐈𝐒𝐓𝐑𝐄 𝐃𝐄𝐒 𝐓𝐏𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐃𝐄 𝐍𝐎𝐔𝐕𝐄𝐋𝐋𝐄𝐒 𝐀𝐈𝐃𝐄𝐒 𝐏𝐎𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐈𝐍𝐃𝐄𝐏𝐄𝐍𝐃𝐀𝐍𝐓𝐒 : 𝐋𝐄 𝐂𝐇𝐄𝐌𝐈𝐍 𝐓𝐑𝐀𝐂𝐄 𝐄𝐒𝐓 𝐋𝐄 𝐁𝐎𝐍 𝐌𝐀𝐈𝐒 𝐃𝐄𝐒 𝐄𝐅𝐅𝐎𝐑𝐓𝐒 𝐂𝐎𝐍𝐒𝐄𝐐𝐔𝐄𝐍𝐓𝐒 𝐑𝐄𝐒𝐓𝐄𝐍𝐓 𝐀 𝐎𝐁𝐓𝐄𝐍𝐈𝐑 !

👉 C’est au détour d’une dépêche AFP que Jean-Baptiste Lemoyne annonçait hier de 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗶𝗱𝗲𝘀 𝗮̀ 𝗱𝗲𝘀𝘁𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 au titre de la 5ème vague Covid. Nous reviendrons ultérieurement sur les éléments concrets de ce nouveau dispositif… un de plus qui manifeste la politique des petits pas de ce gouvernement dans la prise en compte de l’impact sur le terrain des mesures de restriction sanitaire. 

Le chemin tracé par 𝗹𝗮 𝗽𝗿𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗰𝗼𝗻𝘀𝘁𝗮𝗻𝘁𝗲 𝗱𝘂 𝗦𝗗𝗜, est donc le bon. Pour autant, nous sommes évidemment loin d’être satisfaits au constat du 𝗰𝗵𝗮𝗺𝗽 𝗱’𝗮𝗽𝗽𝗹𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗶𝗰𝘂𝗹𝗶𝗲̀𝗿𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗳 de ce nouveau dispositif, circonscrit aux 𝗺𝗶𝗰𝗿𝗼𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗦𝟭/𝗦𝟭𝗯𝗶𝘀. 

Les remontées terrain dont nous disposons, au travers de nos enquêtes, de vos interpellations et de vos témoignages sur notre page Facebook démontrent à quel point le compte n’y est toujours pas. 

💬 Ainsi, parmi les témoignages reçus, force est de constater que 𝗹’𝗲𝗻𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗧𝗣𝗘 𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝗻𝗲́ 𝗽𝗮𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲, 𝗮̀ 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗱𝗲𝗴𝗿𝗲́𝘀 𝗲𝘁 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝘁𝘀 𝘁𝗶𝘁𝗿𝗲𝘀. Citons les 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗿𝗰𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝘅𝗶𝗺𝗶𝘁𝗲́ bien sûr (magasins d’équipements de la personne, coiffure, esthétique, fleuristes,…) avec des 𝗰𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝘀-𝘃𝗶𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝗽𝗲𝘂𝗽𝗹𝗲́𝘀 en raison du télétravail obligatoire, mais aussi les 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗱𝗲́𝘀𝗼𝗿𝗴𝗮𝗻𝗶𝘀𝗲́𝗲𝘀 par l’absentéisme (cas Covid directs ou indirects concernant notamment les enfants scolarisés), jusqu’au témoignage d’un responsable d’auto-école qui nous explique les difficultés de planifier des cours avec la multiplication des élèves qui peuvent être cas Covid du jour au lendemain ! 

✊ ✊ Pour tous ces professionnels, pour vous tous, nous continuons notre action de pression auprès du gouvernement par notre mobilisation !

Comment on Facebook

Merci SDI pour vos combats mais au rythme où va le gouvernement il sera certainement trop tard pour bon nombre de petits restaurants, petits commerces etc.. hallucinant " les microentrepreneurs du secteur S1S1 bis !!!" Mince on passe encore à côté !!! Les jours se suivent et ne se ressemblent pas , c'est pas faux, on fait 1 cts ce jour contre 2 hier !!! RAS LE BOL .... 😥😢😭😡🤬

Peut on savoir qui fait partie aujourd hui des S1 et S1 bis car je suis un pressing et souffre de la 5 eme vague car ton nos client son en télétravail Merci

Exactement..mais il est urgent d agir parce que à ce rythme beaucoup n auront pas le temps d attendre ..( restaurant pour nous ) ...et c est la catastrophe...

« ARRETONS D'ETRE DOGMATIQUE ET D'AVOIR PEUR ‼️» LE SDI VOUS DONNE LA PAROLE 🎙👍

Dans un contexte marqué par un sentiment de 𝗽𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗱’𝗶𝗻𝗰𝗲𝗿𝘁𝗶𝘁𝘂𝗱𝗲 𝗳𝗮𝗰𝗲 𝗮̀ 𝗹’𝗮𝘃𝗲𝗻𝗶𝗿, nous entendons le cri d’alarme des professionnels indépendants souffrant des 𝗰𝗼𝗻𝘀𝗲́𝗾𝘂𝗲𝗻𝗰𝗲𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝗻𝗼𝗺𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗵𝘂𝗺𝗮𝗶𝗻𝗲𝘀 de cette situation. Entre dépôts de bilan, pertes de chiffre d’affaires ou encore licenciements, 𝗹𝗲 𝗺𝗼𝗿𝗮𝗹 𝗱𝗲 𝗻𝗼𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 𝗲𝘀𝘁 𝗺𝗶𝘀 𝗮̀ 𝗿𝘂𝗱𝗲 𝗲́𝗽𝗿𝗲𝘂𝘃𝗲 !

✊ Malgré cela, 𝗹'𝗼𝗽𝘁𝗶𝗺𝗶𝘀𝗺𝗲 𝗲𝘁 𝗹𝗮 𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗹𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲 qui caractérisent nos chefs d'entreprises continuent de les porter au-delà de leurs peurs, leurs doutes et les poussent encore et toujours à croire en des perspectives meilleures. 𝗖'𝗲𝘀𝘁 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹'𝗔𝗗𝗡 𝗱𝗲 𝗻𝗼𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿𝘀 !

📣 𝗖𝗼𝗻𝘁𝗶𝗻𝘂𝗼𝗻𝘀 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗺𝗼𝗯𝗶𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝗲𝗻𝘁𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲 𝗻𝗼𝘁𝗿𝗲 𝘃𝗼𝗶𝘅 𝗮𝘂𝗽𝗿𝗲̀𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿𝘀 𝗽𝘂𝗯𝗹𝗶𝗰𝘀 ! Faisons en sorte de leur faire comprendre que c’est en ayant confiance en nos 𝗺𝘂𝗹𝘁𝗶𝗽𝗹𝗲𝘀 𝘁𝗮𝗹𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗲𝘁 𝗶𝗱𝗲́𝗲𝘀 𝗻𝗼𝘃𝗮𝘁𝗿𝗶𝗰𝗲𝘀 que nous pourrons redorer l’économie du pays !

🤝 C’est donc dans cette optique, et en vue des 𝗣𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝟮𝟬𝟮𝟮, que nous avons recueilli une 𝘀𝗲́𝗿𝗶𝗲 𝗱𝗲 𝘁𝗲́𝗺𝗼𝗶𝗴𝗻𝗮𝗴𝗲𝘀 auprès de nos adhérents. Nous les en remercions tout particulièrement.

✅ La force de ces témoignages et leur vérité contribueront à faire reconnaître les entrepreneurs individuels et dirigeants de TPE comme 𝗳𝗼𝗿𝗰𝗲 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗲𝘁 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗼𝘀𝗮𝗻𝘁𝗲 𝗲𝘀𝘀𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗱𝘂 𝘁𝗶𝘀𝘀𝘂 𝗲́𝗰𝗼𝗻𝗼𝗺𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗱𝗲 𝗻𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗮𝘆𝘀 !

💬 Si les mots sont durs, les temps le sont plus encore, alors si vous souhaitez vous aussi porter votre voix et vos propositions concernant l’avenir des TPE, nous vous invitons à participer à notre grande consultation : sdi-pme.fr/la-france-des-tpe/
... See MoreSee Less

Comment on Facebook

Merci David pour ton témoignage. Ton émotivité m’a touchée. Tu fais partie des personnes que j’admire. Tu es un homme responsable avec de grandes qualités humaines et créatrices. Je t’embrasse. Maïté

😡 ❌ 𝐁𝐀𝐑𝐒 – 𝐑𝐄𝐒𝐓𝐀𝐔𝐑𝐀𝐍𝐓𝐒 – 𝐂𝐎𝐌𝐌𝐄𝐑𝐂̧𝐀𝐍𝐓𝐒 𝐄𝐓 𝐀𝐑𝐓𝐈𝐒𝐀𝐍𝐒 𝐃𝐄 𝐏𝐑𝐎𝐗𝐈𝐌𝐈𝐓𝐄 : 𝐂𝐎𝐔𝐏 𝐃𝐄 𝐆𝐔𝐄𝐔𝐋𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐒𝐎𝐔𝐓𝐈𝐄𝐍𝐒 𝐀𝐔𝐗 𝐓𝐏𝐄 !

‼️ Tout le monde le sait : 𝗹𝗮 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲 𝗖𝗼𝘃𝗶𝗱 affecte nos activités de proximité, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗾𝘂𝗲 𝘀𝗼𝗶𝘁 𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱’𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́. Avec un variant qui poursuit sa course au sommet et le télétravail obligatoire sous peine d’amende, les rues commerçantes sont vides, les bars, restaurants et boutiques aussi.

Et encore, nous ne mentionnons pas la désorganisation des entreprises, 𝘁𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗴𝗲́𝗼𝗴𝗿𝗮𝗽𝗵𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗱’𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́ 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝗻𝗲́𝘀, désorganisation liée à un absentéisme galopant.

💬 Au milieu de ce chaos, le ministre de l’Économie continue parler d’une nouvelle année 2022 en forte croissance et maintien ses affirmations distillées depuis début janvier selon lesquelles 𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝗻 𝗼𝗻𝘁 𝗯𝗲𝘀𝗼𝗶𝗻 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗼𝘂 𝘀𝗲𝗿𝗼𝗻𝘁 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝘂𝗲𝘀.

Concernant 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́𝘀 𝗯𝗮𝗿𝘀, 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗮𝘂𝗿𝗮𝗻𝘁𝘀, 𝗲́𝘃𝗲̀𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹, 𝘁𝗿𝗮𝗶𝘁𝗲𝘂𝗿, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau dispositif ne soit activé ou réactivé, du coûts fixes à l’exonération de charges sociales en passant par le chômage partiel à 100% sur les mois de décembre et janvier.

🤬 ⁉️ Fort bien. Mais où sont les décrets d’application ?! Quand ces professionnels pourront-ils 𝗖𝗢𝗡𝗖𝗥𝗘𝗧𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧 avoir accès à ces aides ? Pour l’instant, les chiffres d’affaires et la clientèle sont absents, les trésoreries dans le rouge… et on attend. 𝗤𝘂’𝗮𝘁𝘁𝗲𝗻𝗱-𝗼𝗻 𝗲𝘅𝗮𝗰𝘁𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ? Ce type de décret est rédigé en continu depuis près de deux ans. Il ne semble pas bien compliqué de les sortir à l’appui de cette (trop) longue expérience !

🆘 Pour autant, si les bars, restaurants, traiteurs et professionnels de l’évènementiel sont dans l’attente de la traduction officielle des engagements, 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝘂𝘁𝗿𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝘅𝗶𝗺𝗶𝘁𝗲́ dont un grand nombre rencontre des 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗶𝗰𝘂𝗹𝘁𝗲́𝘀 𝘀𝗶𝗺𝗶𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 n’ont aucune perspective et restent à ce stade invisibles, sans soutien, sans protection, oubliés.

Ajoutons que, pour une partie de ces derniers, 𝗹𝗮 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗹𝗱𝗲𝘀 𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗿𝘂𝗰𝗶𝗮𝗹𝗲, alors qu’elle se sera déroulée dans l’intégralité (Est de la France) ou la quasi-intégralité en pleine période de 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲 et son cortège de 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝘀𝗮𝗻𝗶𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀.

🔎 Ainsi, dans le cadre de notre dernière enquête, près de 𝟴𝟬% 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 𝗶𝗻𝗱𝗶𝗾𝘂𝗲𝗻𝘁 𝘂𝗻 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝘀𝗼𝗹𝗱𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗯𝗮𝗶𝘀𝘀𝗲 𝗱𝗲 𝟰𝟬% 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝘆𝗲𝗻𝗻𝗲, comparativement à une année 2021 qui n’était déjà pas glorieuse en raison du report de la période de soldes à l’époque. Pour 𝟳𝟲% 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗿𝗼𝗴𝗲́𝗲𝘀, la raison principale de cette désaffection est le manque de clientèle du fait de la mise en place du 𝘁𝗲́𝗹𝗲́𝘁𝗿𝗮𝘃𝗮𝗶𝗹 𝗼𝗯𝗹𝗶𝗴𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲.

Cet élément démontre s’il en était besoin que, au même titre que l’impact sur les secteurs qui font d’ores et déjà l’objet d’un soutien, même tardif, les mesures mises en place pour canaliser la pandémie ont eu des 𝗿𝗲́𝗽𝗲𝗿𝗰𝘂𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗺𝗮𝗷𝗲𝘂𝗿𝗲𝘀 sur l’ensemble des commerces de proximité.
Il n’existe donc aucune raison pour que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes conséquences, 𝘁𝗼𝘂𝘁𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́𝘀 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗼𝗻𝗱𝘂𝗲𝘀 !

✊ ✊ 𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗹𝗲 𝗦𝗗𝗜 𝗮𝘂𝗽𝗿𝗲̀𝘀 𝗱𝗲 𝗕𝗲𝗿𝗰𝘆 !
... See MoreSee Less

😡 ❌ 𝐁𝐀𝐑𝐒 – 𝐑𝐄𝐒𝐓𝐀𝐔𝐑𝐀𝐍𝐓𝐒 – 𝐂𝐎𝐌𝐌𝐄𝐑𝐂̧𝐀𝐍𝐓𝐒 𝐄𝐓 𝐀𝐑𝐓𝐈𝐒𝐀𝐍𝐒 𝐃𝐄 𝐏𝐑𝐎𝐗𝐈𝐌𝐈𝐓𝐄 : 𝐂𝐎𝐔𝐏 𝐃𝐄 𝐆𝐔𝐄𝐔𝐋𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐒𝐎𝐔𝐓𝐈𝐄𝐍𝐒 𝐀𝐔𝐗 𝐓𝐏𝐄 ! 

‼️ Tout le monde le sait : 𝗹𝗮 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲 𝗖𝗼𝘃𝗶𝗱 affecte nos activités de proximité, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗾𝘂𝗲 𝘀𝗼𝗶𝘁 𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱’𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́. Avec un variant qui poursuit sa course au sommet et le télétravail obligatoire sous peine d’amende, les rues commerçantes sont vides, les bars, restaurants et boutiques aussi. 

Et encore, nous ne mentionnons pas la désorganisation des entreprises, 𝘁𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗴𝗲́𝗼𝗴𝗿𝗮𝗽𝗵𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘁 𝗱’𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́ 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗲𝗿𝗻𝗲́𝘀, désorganisation liée à un absentéisme galopant. 

💬 Au milieu de ce chaos, le ministre de l’Économie continue parler d’une nouvelle année 2022 en forte croissance et maintien ses affirmations distillées depuis début janvier selon lesquelles 𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝗻 𝗼𝗻𝘁 𝗯𝗲𝘀𝗼𝗶𝗻 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗼𝘂 𝘀𝗲𝗿𝗼𝗻𝘁 𝘀𝗼𝘂𝘁𝗲𝗻𝘂𝗲𝘀. 

Concernant 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́𝘀 𝗯𝗮𝗿𝘀, 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗮𝘂𝗿𝗮𝗻𝘁𝘀, 𝗲́𝘃𝗲̀𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹, 𝘁𝗿𝗮𝗶𝘁𝗲𝘂𝗿, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau dispositif ne soit activé ou réactivé, du coûts fixes à l’exonération de charges sociales en passant par le chômage partiel à 100% sur les mois de décembre et janvier. 

🤬 ⁉️ Fort bien. Mais où sont les décrets d’application ?! Quand ces professionnels pourront-ils 𝗖𝗢𝗡𝗖𝗥𝗘𝗧𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧 avoir accès à ces aides ? Pour l’instant, les chiffres d’affaires et la clientèle sont absents, les trésoreries dans le rouge… et on attend. 𝗤𝘂’𝗮𝘁𝘁𝗲𝗻𝗱-𝗼𝗻 𝗲𝘅𝗮𝗰𝘁𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ? Ce type de décret est rédigé en continu depuis près de deux ans. Il ne semble pas bien compliqué de les sortir à l’appui de cette (trop) longue expérience !

🆘 Pour autant, si les bars, restaurants, traiteurs et professionnels de l’évènementiel sont dans l’attente de la traduction officielle des engagements, 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝘂𝘁𝗿𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝘅𝗶𝗺𝗶𝘁𝗲́ dont un grand nombre rencontre des 𝗱𝗶𝗳𝗳𝗶𝗰𝘂𝗹𝘁𝗲́𝘀 𝘀𝗶𝗺𝗶𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 n’ont aucune perspective et restent à ce stade invisibles, sans soutien, sans protection, oubliés.

Ajoutons que, pour une partie de ces derniers, 𝗹𝗮 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗹𝗱𝗲𝘀 𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗿𝘂𝗰𝗶𝗮𝗹𝗲, alors qu’elle se sera déroulée dans l’intégralité (Est de la France) ou la quasi-intégralité en pleine période de 𝟱𝗲̀𝗺𝗲 𝘃𝗮𝗴𝘂𝗲 et son cortège de 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝘀𝗮𝗻𝗶𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀. 

🔎 Ainsi, dans le cadre de notre dernière enquête, près de 𝟴𝟬% 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝘀 𝗶𝗻𝗱𝗶𝗾𝘂𝗲𝗻𝘁 𝘂𝗻 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗱𝗲 𝘀𝗼𝗹𝗱𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗯𝗮𝗶𝘀𝘀𝗲 𝗱𝗲 𝟰𝟬% 𝗲𝗻 𝗺𝗼𝘆𝗲𝗻𝗻𝗲, comparativement à une année 2021 qui n’était déjà pas glorieuse en raison du report de la période de soldes à l’époque. Pour 𝟳𝟲% 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘁𝗲𝗿𝗿𝗼𝗴𝗲́𝗲𝘀, la raison principale de cette désaffection est le manque de clientèle du fait de la mise en place du 𝘁𝗲́𝗹𝗲́𝘁𝗿𝗮𝘃𝗮𝗶𝗹 𝗼𝗯𝗹𝗶𝗴𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲. 

Cet élément démontre s’il en était besoin que, au même titre que l’impact sur les secteurs qui font d’ores et déjà l’objet d’un soutien, même tardif, les mesures mises en place pour canaliser la pandémie ont eu des 𝗿𝗲́𝗽𝗲𝗿𝗰𝘂𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗺𝗮𝗷𝗲𝘂𝗿𝗲𝘀 sur l’ensemble des commerces de proximité. 
Il n’existe donc aucune raison pour que les mêmes causes ne produisent pas les mêmes conséquences, 𝘁𝗼𝘂𝘁𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́𝘀 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗼𝗻𝗱𝘂𝗲𝘀 !

✊ ✊ 𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲 𝗹𝗲 𝗦𝗗𝗜 𝗮𝘂𝗽𝗿𝗲̀𝘀 𝗱𝗲 𝗕𝗲𝗿𝗰𝘆 !

Comment on Facebook

Bonjour à tous je suis dans la coiffure et je n'ai jamais vu un mois de janvier comme ça une catastrophe absolue je vais devoir mettre mes employer en chômage partielle jusqu'à nouvel ordre car plus de clients et je ne peux pas me tirer un salaire ce mois ci et je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir vivre sur mes économies j'ai un loyer à payer comme tout le monde l'eau l'électricité et mon carburant pour aller au travail et attendre que le téléphone sonne.... cela fait 4ans que j'ai ouvert j'ai commencer pleins boom et la je suis désespérer de voir mon salon vide.... alors merci de continuer à vous battre pour nous pour que l'on soit entendu et aider car nous souffrons tous....!! Bon courage à tous essayons de rester fort et debout dans ces longs et durs moment!!

Il n y a pas que ces professionnels là, pensez à tous les métiers dépendants de ces ado tous covidés… en auto école par exemple, nos planning sont des gruyères à cause des annulations à l heure de conduite. Mais en attendant nous devons continuer à payer les charges, le carburant mais sans pouvoir faire notre métier… AIDONS les TPE!!!

Est-ce que le SDI peut aussi se mobiliser pour la hausse des carburants car Covid Covid en attendant il se passe des choses. Merci

Une grande majorité de professions sont aujourd'hui impactés par les mesures sanitaires, pour ma part dans le bâtiment c'est l'absentéisme, le carnet de commande est plein mais nous ne pouvons pas le réaliser à plein régime, nous sommes rendu à 50% de non productivité sur deux mois ça devient lourd de conséquences. Les causes d'absenteismes: pas d'école car cas covid en classe parent devant garder ces enfants, cas contact le salarié prend la demi journée pour se faire tester, et enfin cas covid ils restent chez eux, tous nos cas covid sont asymptomatiques.

moi j'arrête mon foddtruck, plus de client depuis plusieurs mois au ralenti, donc c'est bon j'abandonne😥

Il n'est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le " quoi qui l'en coûte " a prit fin avec lui l'idée que nos entreprises ont été fragilisées, pour le gouvernement les difficultés des TPE sont en marges des préoccupations du pays. Circulez il n'y a rien à voir !!

Tout à fait commerçant habillement en centre ville, décembre janvier baisse considérable du Ca. Bruno Le Maire doit penser à nous également. Grande partie des indépendants souffrent..

Décembre janvier la même, catastrophique !!! 2 couverts hier 2 aujourd'hui , le centre ville désert 😢😢 et pas le droit aux aides coût fixe et pas de salariés " heureusement !!" Car pour faire 2 !!!

Et les formateurs qui ne peuvent pas assurer leurs interventions car les hôpitaux sont en plan blanc, car d'autres institutions ne veulent pas que leurs salariés se retrouvent en groupe ? Nous sommes plusieurs à avoir dû racheter des placements pour pouvoir assumer les charges qui continuent de tomber et pour pouvoir avoir un toit et manger tout simplement. Les sociétés de service sont aussi impactées.

Il faut que le GOUVERNEMENT se réveille vite car beaucoup d'entre nous vont se retrouver à fermé et pendant ce temps-là soi-disant le pouvoir d'achat augmente. C'est une plaisanterie.

Je suis petit restaurateur fast-food depuis 20 ans et je n'ai jamais vu ça. Oui on a eu des aides en 2021, j'avoue ! Mais on a aussi contracté le PGE pour pouvoir payer les charges (je n'avais jamais eu besoin d'un crédit pour ça avant). Désormais avec un crédit de 500€ par mois j'ai supprimé le poste d'une salariée et j'ai choisi pour survivre au prix d'une gestion rigoureuse et d'une baisse de revenus personnels importante de ne m'imposer aussi aucun investissement de matériel par exemple. Le "Sinistre de l'économie" (non il n'y a pas de faute) veut faire croire que tout va bien mais les petits indépendants sont une fois de plus les oubliés. Taper sur les restaurateurs ne peux que servir le gouvernement c'est l'inverse qu'il faut faire... s'unir autour du SDI afin de défendre tout le monde et espérer que nous clients finiront par reprendre de bonnes habitudes de consommation de proximité comme ils avaient commencées à le faire au deuxième confinement

A quand des actions pour les jeunes entreprises qui n'ont pas eu le droit aux aides ? C'est bien beau de parler des restaurateurs, mais ils ne sont pas tout seul, d'autant plus que la majorité ont eu le droit aux aides, à la prise en charge de leurs charges fixes.

La France est en campagne électorale, le gouvernement aussi (sauf qu’il ne l’a pas encore officialisé 😉) et nous faisons partie de leurs erreurs, les laisser pour compte!! Alors il est pas « judicieux » pour eux de parler de nous, de se préoccuper de nous!! Sauf que nous sommes nombreux, et nous nous souviendrons à quel point on nous a oublier

Catastrophique le mois de janvier pour mon p'tit resto , entre les cas contact, les positifs , ceux qui n'ont plus accès, le télétravail, les annonces pessimistes qui foutent la trouille aux gens , les clients désertent la ville , j'ai jamais vu ça

Dommage, j'ai dû mettre la clé sous la porte parce que les aides de l'Etat ont disparu au profit du tourisme en juin dernier. Bye-Bye les indés et bon courage, moi je retourne au salariat.

Pareil Je tiens une pizzeria. J'ai jamais eut un mois de janvier aussi mauvais....

View more comments

🤔 𝐀𝐂𝐓𝐈𝐕𝐈𝐓𝐄 𝐏𝐀𝐑𝐓𝐈𝐄𝐋𝐋𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄 𝐌𝐎𝐈𝐒 𝐃𝐄 𝐉𝐀𝐍𝐕𝐈𝐄𝐑 𝟐𝟎𝟐𝟐 : 𝐐𝐔’𝐄𝐍 𝐄𝐒𝐓-𝐈𝐋 ?

Le régime dérogatoire permettant un reste à charge à zéro de l’activité partielle pour les employeurs est maintenue sur janvier 2022.

📌 𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗻𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 ?

Ce régime prévoyant 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝗱𝗲𝗺𝗻𝗶𝘁𝗲́ 𝗮̀ 𝗵𝗮𝘂𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱𝗲 𝟳𝟬% 𝗱𝘂 𝘀𝗮𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲 𝗯𝗿𝘂𝘁 pour le salarié et 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗹𝗹𝗼𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝟳𝟬% pour l’employeur (soit un dispositif d’activité partielle pris en charge à 100%) est ouvert aux entreprises suivantes :

→ Celles qui subissent 𝘂𝗻𝗲 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝘀𝗮𝗻𝗶𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲 (interdiction des consommations debout, fermeture administrative …)
→ Ou celles des secteurs 𝗦𝟭 𝗲𝘁 𝗦𝟭 𝗯𝗶𝘀 𝘀𝘂𝗯𝗶𝘀𝘀𝗮𝗻𝘁 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗲𝗿𝘁𝗲 𝗱’𝗮𝘂 𝗺𝗼𝗶𝗻𝘀 𝟲𝟱% 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀.
➡️ Les activités du secteur S1 bis doivent également 𝗲𝗻 𝗽𝗹𝘂𝘀 pouvoir démontrer 𝘂𝗻𝗲 𝗯𝗮𝗶𝘀𝘀𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗱’𝗮𝘂 𝗺𝗼𝗶𝗻𝘀 𝟴𝟬 % 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝘂 𝟭𝟱 𝗺𝗮𝗿𝘀 𝟮𝟬𝟮𝟬 𝗮𝘂 𝟭𝟱 𝗺𝗮𝗶 𝟮𝟬𝟮𝟬.

📌 𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗿𝗮𝗶𝘀𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 ?

Cette perte de 𝟲𝟱% doit être constatée sur le mois de mise en œuvre de l’activité partielle.

Pour cela, il doit être comparé le chiffre d’affaires sur une période au choix de l’employeur qui est :
→ soit le chiffre d’affaire du même mois en 2020
→ soit le chiffre d’affaire du même mois en 2019
→ soit le chiffre d’affaire mensuel moyen en 2019
→ soit le chiffre d’affaire mensuel moyen entre la date de création de l’entreprise et le 30 juin 2021, pour les entreprises crées après le 30 juin 2020.

Il est aussi possible de comparer le chiffre d’affaires 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗶𝘅 𝗺𝗼𝗶𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝗰𝗲́𝗱𝗲𝗻𝘁𝘀 la demande d’activité partielle avec cette même période de six mois en 2019.
Enfin cette prise en charge dérogatoire s’applique également 𝗿𝗲́𝘁𝗿𝗼𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 pour les entreprises concernées pour les heures chômées sur décembre 2021 uniquement.

🗓 Ce dispositif ne s’applique pour l’heure 𝘀𝗲𝘂𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗷𝘂𝘀𝗾𝘂’𝗮𝘂 𝟯𝟭 𝗷𝗮𝗻𝘃𝗶𝗲𝗿 𝗽𝗿𝗼𝗰𝗵𝗮𝗶𝗻. Toutefois, les dispositions légales permettent une éventuelle prolongation par décret du dispositif 𝗷𝘂𝘀𝗾𝘂’𝗮𝘂 𝟯𝟭 𝗷𝘂𝗶𝗹𝗹𝗲𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟮. Nous ne manquerons pas de vous en informer.

💬 ❔Le recours à l’activité partielle, ponctuelle ou de longue durée, demeure souvent un casse-tête pour les chefs d’entreprises. Ne restez pas seuls ! 𝗡𝗼𝘁𝗿𝗲 𝘀𝗲𝗿𝘃𝗶𝗰𝗲 𝗷𝘂𝗿𝗶𝗱𝗶𝗾𝘂𝗲 𝘀𝗲 𝘁𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗱𝗶𝘀𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗰𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗲𝗿 𝘀𝘂𝗿 𝗰𝗲 𝘀𝘂𝗷𝗲𝘁.
... See MoreSee Less

🤔 𝐀𝐂𝐓𝐈𝐕𝐈𝐓𝐄 𝐏𝐀𝐑𝐓𝐈𝐄𝐋𝐋𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄 𝐌𝐎𝐈𝐒 𝐃𝐄 𝐉𝐀𝐍𝐕𝐈𝐄𝐑 𝟐𝟎𝟐𝟐 : 𝐐𝐔’𝐄𝐍 𝐄𝐒𝐓-𝐈𝐋 ?

Le régime dérogatoire permettant un reste à charge à zéro de l’activité partielle pour les employeurs est maintenue sur janvier 2022.

📌 𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗻𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 ? 

Ce régime prévoyant 𝘂𝗻𝗲 𝗶𝗻𝗱𝗲𝗺𝗻𝗶𝘁𝗲́ 𝗮̀ 𝗵𝗮𝘂𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱𝗲 𝟳𝟬% 𝗱𝘂 𝘀𝗮𝗹𝗮𝗶𝗿𝗲 𝗯𝗿𝘂𝘁 pour le salarié et 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗹𝗹𝗼𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝟳𝟬% pour l’employeur (soit un dispositif d’activité partielle pris en charge à 100%) est ouvert aux entreprises suivantes : 

→ Celles qui subissent 𝘂𝗻𝗲 𝗿𝗲𝘀𝘁𝗿𝗶𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝘀𝗮𝗻𝗶𝘁𝗮𝗶𝗿𝗲 (interdiction des consommations debout, fermeture administrative …)
→ Ou celles des secteurs 𝗦𝟭 𝗲𝘁 𝗦𝟭 𝗯𝗶𝘀 𝘀𝘂𝗯𝗶𝘀𝘀𝗮𝗻𝘁 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗲𝗿𝘁𝗲 𝗱’𝗮𝘂 𝗺𝗼𝗶𝗻𝘀 𝟲𝟱% 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀.
➡️ Les activités du secteur S1 bis doivent également 𝗲𝗻 𝗽𝗹𝘂𝘀 pouvoir démontrer 𝘂𝗻𝗲 𝗯𝗮𝗶𝘀𝘀𝗲 𝗱𝗲 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗱’𝗮𝘂 𝗺𝗼𝗶𝗻𝘀 𝟴𝟬 % 𝘀𝘂𝗿 𝗹𝗮 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝘂 𝟭𝟱 𝗺𝗮𝗿𝘀 𝟮𝟬𝟮𝟬 𝗮𝘂 𝟭𝟱 𝗺𝗮𝗶 𝟮𝟬𝟮𝟬.  

📌 𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗿𝗮𝗶𝘀𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗰𝗵𝗶𝗳𝗳𝗿𝗲 𝗱’𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 ? 

Cette perte de 𝟲𝟱% doit être constatée sur le mois de mise en œuvre de l’activité partielle.

Pour cela, il doit être comparé le chiffre d’affaires sur une période au choix de l’employeur qui est : 
→ soit le chiffre d’affaire du même mois en 2020 
→ soit le chiffre d’affaire du même mois en 2019 
→ soit le chiffre d’affaire mensuel moyen en 2019
→ soit le chiffre d’affaire mensuel moyen entre la date de création de l’entreprise et le 30 juin 2021, pour les entreprises crées après le 30 juin 2020.

Il est aussi possible de comparer le chiffre d’affaires 𝗱𝗲𝘀 𝘀𝗶𝘅 𝗺𝗼𝗶𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝗰𝗲́𝗱𝗲𝗻𝘁𝘀 la demande d’activité partielle avec cette même période de six mois en 2019.
Enfin cette prise en charge dérogatoire s’applique également 𝗿𝗲́𝘁𝗿𝗼𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 pour les entreprises concernées pour les heures chômées sur décembre 2021 uniquement.   

🗓 Ce dispositif ne s’applique pour l’heure 𝘀𝗲𝘂𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗷𝘂𝘀𝗾𝘂’𝗮𝘂 𝟯𝟭 𝗷𝗮𝗻𝘃𝗶𝗲𝗿 𝗽𝗿𝗼𝗰𝗵𝗮𝗶𝗻. Toutefois, les dispositions légales permettent une éventuelle prolongation par décret du dispositif 𝗷𝘂𝘀𝗾𝘂’𝗮𝘂 𝟯𝟭 𝗷𝘂𝗶𝗹𝗹𝗲𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟮. Nous ne manquerons pas de vous en informer.

💬 ❔Le recours à l’activité partielle, ponctuelle ou de longue durée, demeure souvent un casse-tête pour les chefs d’entreprises. Ne restez pas seuls ! 𝗡𝗼𝘁𝗿𝗲 𝘀𝗲𝗿𝘃𝗶𝗰𝗲 𝗷𝘂𝗿𝗶𝗱𝗶𝗾𝘂𝗲 𝘀𝗲 𝘁𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗱𝗶𝘀𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗰𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗲𝗿 𝘀𝘂𝗿 𝗰𝗲 𝘀𝘂𝗷𝗲𝘁.

Comment on Facebook

La demande de chômage partiel est très fastidieuse !!! Beaucoup d’éléments comptables à fournir. Cela rallonge les demandes d’indemnisation. Vive la bureaucratie française!!!

Toujours pour les gros

❌ 𝗔𝘁𝘁𝗲𝗻𝘁𝗲𝘀 𝗱𝘂 𝗦𝗗𝗜 𝘀𝘂𝗶𝘁𝗲 𝗮̀ 𝘀𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗳𝗼𝗿𝗺𝘂𝗹𝗲́𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗮𝗱𝗿𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗔𝘀𝘀𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗱𝘂 𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗿𝗰𝗲

→ Le Président de la République doit prochainement s’exprimer sur les conclusions à tirer de la tenue des 𝗔𝘀𝘀𝗶𝘀𝗲𝘀 𝗱𝘂 𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗿𝗰𝗲.
→ D’ores et déjà, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a esquissé une volonté de 𝗽𝗹𝗮𝗻𝗶𝗳𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱’𝗮𝘅𝗲𝘀 𝗳𝗼𝗿𝘁𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗿𝗰𝗲, à l’instar du Plan pour l’industrie 2030.
→ La prise de conscience est salutaire, reste à déterminer les arbitrages réalisés par Bercy en ce qui concerne notamment 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝘂 𝗦𝗗𝗜.
... See MoreSee Less

Video image

Comment on Facebook

En voir plus
Twitter
Charger la suite...
Instagram
logo-sdi
SDI TPE PME

La chaîne des TPE

Être adhérent, c'est :

  • Être accompagné dans vos démarches
  • Bénéficier d’un suivi quotidien
  • Être représenté et défendu
  • Accéder à de la documentation exclusive