Protection sociale : les candidats à la présidentielle continueront-ils d’ignorer 6 millions d’électeurs ?

pexels-tara-winstead-7722847

La France compte 6 millions d’entrepreneurs individuels et responsables d’entreprises de moins de 10 salariés. L’analyse des programmes des différents candidats à l’élection présidentielle du 10 avril prochain démontre la méconnaissance des attentes de cette population en matière de protection sociale.

Marc Sanchez, secrétaire général du SDI, déclare « Il ressort de l’analyse des programmes des candidats à l’élection présidentielle qu’aucun d’entre eux ne formule de proposition quant aux aspirations des entrepreneurs individuels et dirigeants de TPE à une meilleure protection sociale. Il y est certes question de la retraite et de l’âge de départ, abordés sous l’angle du travail salarié. Un seul des candidats est-il au moins informé que 6 millions de travailleurs de ce pays sont des travailleurs non-salariés aux droits sociaux particulièrement dégradés au regard de ceux des travailleurs salariés ? Sous réserve qu’ils en aient connaissance, il est fort à parier que leurs interlocuteurs institutionnels leur auront expliqué qu’il convient d’éviter ce sujet de peur d’une opposition formelle à toute augmentation des cotisations sociales. Cette crainte atteint un tel paroxysme que ces mêmes interlocuteurs se sont opposés, sans succès, à la protection accordée aux indépendants sans contrepartie en cas de liquidation judiciaire de l’entreprise (ATI – Allocation des Travailleurs Indépendants) au motif que l’ATI pourrait hypothétiquement un jour donner lieu à cotisations. 

Il convient de dépasser cette vision passéiste et d’interroger directement les personnes concernées, comme le SDI l’a fait à l’occasion de son enquête CSA de novembre 2021 : 75% des dirigeants de TPE (82% parmi les entreprises de 3 à 9 salariés) se prononcent en faveur du choix d’augmenter leurs cotisations sociales pour accroître leur couverture sociale. 

Nous le savons car nous le vivons déjà, le temps des parcours professionnels linéaires tout au long de la vie est révolu. L’avenir est aux parcours multiples faits d’alternances entre activités salariées et non salariées. Dans ce contexte, en ce qui concerne la protection sociale, il convient de prendre en considération la personne et non plus son statut ou la forme d’exercice de son activité. 

Ce débat sur l’avenir de notre protection sociale est sans nul doute tout aussi fondateur que les questions récurrentes concernant les modifications paramétriques du régime des retraites.

Mais encore faut-il pour cela identifier les 6 millions de citoyens concernés et leur accorder un tant soit peu d’attention. Tel n’est pas le cas à ce stade de la part des candidats à l’élection présidentielle 2022. »

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Partagez cet article